I - Définition de la thérapie cellulaire

 

I. Définition de la thérapie cellulaire

 

 

 

La thérapie cellulaire repose sur la culture de cellules souches afin de les contrôler et les diriger dans une partie du corps définie du malade afin de remplacer les cellules endommagées.

Les cellules souches sont des cellules qui ont la capacité de se multiplier et de se diviser infiniment, il en existe plusieurs types nécessaires à la greffe:




a) Cellules souches embryonnaires


Les cellules souches embryonnaires qui sont issues de cellules de l’embryon quelques jours après la fécondation. Elles ne sont pas encore spécialisées, c'est-à-dire que ces cellules n’ont pas encore de but précis et peuvent encore être modifiées génétiquement pour être reprogrammées dans des conditions de température particulières. Ces dernières peuvent se multiplier indéfiniment, ce qui facilite leurs cultures, on dit qu’elles sont totipotentes.



b) Cellules souches adultes


Les cellules souches adultes qui sont présentes chez les individus adultes dans la moelle osseuse, le tissu adipeux (graisse) mais en faibles quantités dans de nombreux organes comme le foie, la peau… Contrairement aux cellules embryonnaires, elles sont déjà spécialisées et ne peuvent plus être manipulées. De plus, elles sont déjà programmées pour créer un nombre bien défini de tissu, par conséquent elles sont moins efficaces que les cellules souches embryonnaires. Cependant, on peut les prélever sur le patient lui-même et ce sont également elles qui sont responsables de la régénération des organes. Néanmoins, des scientifiques ont découvert très récemment que certaines de ces cellules pourraient être contrôlées, ce qui a relancé le débat sur la thérapie cellulaire.




c) Cellules souches pluripotentes induites


Les cellules souches pluripotentes induites (iPS) ont été inventées par Shinya Yamanaka, médecin japonais, en novembre 2007. Ce sont des cellules de peau pouvant être redirigées génétiquement pour donner des cellules souches qui peuvent se différencier en cellules de cœur par exemple. Ces iPS sont obtenues à partir d’une biopsie (prélèvement d'un échantillon de tissus de l'organisme dans le but de réaliser un examen microscopique) ou d’une prise de sang. Elles ont connu leur premier succès en juillet 2008 lorsqu’elles ont permis la création de cellules spécialisées. Plus récemment, en février 2009, des cellules sexuelles immatures (elles ne sont pas encore formées pour une reproduction) ont été synthétisées à partir d’iPS. On peut envisager, dans quelques années, la fabrication de spermatozoïdes et d’ovocytes (ovules non fécondées), ce qui permettrait à deux personnes de même sexe d’avoir un enfant par fécondation in vitro.

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site